L’addiction aux machines à sous

Dans un film français avec Franck Dubosc, dans lequel il joue le rôle d’un matelot d’un navire de croisière, on voit un des voyageurs qui participe à la croisière, qui passe sont temps devant les machines à sous du casino intégré au paquebot. Cela donne droit à quelques scènes humoristiques mais dans lesquelles on retrouve une part de vérité : pour un petit pourcentage d’entre nous, le jeu n’est plus un amusement, il devient un besoin, une drogue. Pour que vous aussi vous soyez conscient de ce phénomène qui existe, nous avons décidé d’y consacrer un article.

Est-ce que cela est une réalité ?

Oui il ne faut pas le nier, les machines à sous peuvent devenir une drogue à part entière comme la cigarette, l’alcool ou le cannabis. Bien entendu, il ne faut pas croire qu’en commençant à jouer, vous deviendrez obligatoirement accro, non, ce n’est pas vrai. Il faut déjà avoir au fond de soit des prédispositions qui font que lorsque vous vous mettrez à jouer, vous pourrez effectivement ne plus voir le temps et l’argent passer et vous engouffrer dans le jeu, ce qui est assez dangereux nous en convenons.

Il y a aussi un médicament pour ceux d’entre vous qui souffrent de la maladie de Parkinson, le REQUIP, qui est plutôt dangereux. Nous vous conseillons, si vous prenez ce médicament, de ne pas jouer du tout, car il semblerait que vous pourriez développer une dépendance rapidement, à cause de ce médicament, pas qu’au jeu d’argent d’ailleurs mais aussi à la drogue, au sexe, à l’alcool.

Mais nous tenons à rassurer les joueurs qui nous suivent, rassurez-vous, les joueurs addict représentent une infime partie des utilisateurs des machines à sous, et c’est dans un esprit de communauté, que nous devons les aider à surmonter cette épreuve. Si vous en repérer, n’hésitez pas à ouvrir le dialogue.

Comment repérer un joueur avec un penchant addict ?

Il est clair que les machines à sous sont une addiction qui n’est pas si facile à repérer car en réalité, elle ne modifie en rien le comportement physique d’une personne comme pourrait le faire l’alcool ou même le cannabis.

Cependant, certains signes ne trompent pas. Dans un premier temps, le joueur va facilement parler de sa nouvelle passion. Il en parlera jusqu’au moment où il sent que son comportement, qu’il juge aussi excessif, devient un problème. Le jour où vous n’entendez plus parler de rien, creusez un peu. Ensuite, le joueur se renferme sur lui-même en délaissant ce qui lui est important dans la vie, en commençant par ses hobbies, puis ses amis et même sa propre famille. Il n’a plus le temps, car il le consacre au jeu uniquement. Si vous commencez à lui parler des machines à sous, il n’hésitera pas à vous répondre violement en vous faisant comprendre que cela ne vous regarde pas.

La dernière étape, c’est la lapidation financière. Tout ce qui passe sous la main du joueur, il va le dépenser en jetons sur Internet, pour jouer. Plus il perd, et plus il a envie de se refaire. C’est un cercle vicieux dont sortir, à ce moment, n’est pas si facile.

Existe-t-il des solutions pour guérir ce mal ?

Dans un premier temps, la communication semble être la meilleure des solutions. Si vous êtes proche du joueur, alors vous pourrez vous permettre d’émettre un avis sur la situation et puis de conseiller. Mais pour cela, il ne faut pas que vous vous en rendiez compte trop tard.

Lorsque la situation n’est pas prise en main, c’est évidement vers des professionnels que vous devez vous tourner. Et là, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Il existe des associations et organisations qui sont spécialisées dans ce genre de traitement, nous pensons notamment à Adictel et SOS Joueurs, structures francophones qui font un travail remarquable quant à l’accompagnement des victimes, car oui, nous les considérons comme des victimes du jeu qu’ils n’ont pas su contrôler.